Dans la continuité de ma pratique du yoga et de la méditation, je vous présente aujourd’hui un sujet qui pourrait vous être utile à vous aussi, le Ho’oponopono!

Depuis toute petite j’ai appris à être l’amie de mon subconscient – maman était une fervente lectrice d’ouvrages sur le sujet, particulièrement celui signé par Joseph Murphy, La Puissance De Votre Subconscient, un livre que nous avons lu et relu tant de fois, que les pages finissaient par se décoller.  C‘est elle qui m’a initié aux prières et aux secrets de la sérénité. Je l’ai fortement utilisé pendant mon adolescence, puis avec le temps j’avais un peu oublié ces pratiques … Mais je suis en train de me rattraper!

hooponoponoJe viens en effet de m’offrir Ho’oponopono :Le rituel hawaïen du pardon, et compte bien m’y plonger entièrement! (je ferais un édit du billet après avoir passé quelques semaines avec lui!)

Ho’oponopono est avant tout un très ancien rituel de pardon et de réconciliation Hawaïen.

Cette philosophie se pratiquait pour aider à rétablir la paix en soi mais également pour rétablir la paix au sein d’une communauté, d’une famille quand survenaient des problèmes relationnels ou des enjeux importants. Il permettait d’apporter l’apaisement et la réconciliation et en rétablissant l’équilibre par la médiation et le pardon mutuel. La pratique de Ho’oponopono n’est en définitive rien d’autre que cela : c’est nettoyer ses propres mémoires, s’accorder le pardon, s’ouvrir à l’amour et être en paix. Pratiquer Ho’oponopono c’est tout simplement, et humblement, retrouver la paix en soi!

HO’OPONOPONO ne se compare pas ni ne s’apprend. HO’OPONOPONO se vit. C’est un art de vivre. HO’OPONOPONO est un véritable chemin vers la conscience unitaire.

Vous pouvez « faire » Ho’oponopono, c’est à dire répéter comme un mantra les quatre mots clefs « désolé, pardon, merci, je t’aime » dès que survient un événement douloureux et vous constaterez toujours des résultats et une certaine amélioration.

Pratiquer Ho’oponopono n’est pas de rechercher l’abondance, le succès, la réussite ou le bonheur. Ho’oponopono est au contraire ne rien vouloir, rien désirer, lâcher prise complètement pour confier la conduite de sa vie à son âme. Vivre ainsi dans cette énergie éclairera votre chemin de vie de telle manière que tout sera changé, en vous et autour de vous. Votre vie fourmillera au quotidien de mille petits miracles qui la transformeront. C’est pourquoi il est important de le pratiquer aussi quand tout va bien! Si vous pratiquez la méditation, vous savez combien il est difficile au début de tenter d’arrêter le flot incessant des pensées qui nous envahissent l’esprit! Cela paraît impossible. Et pourtant petit à petit on y arrive! C’est comme si vous laissiez tourner un enregistrement de musique mais en baissant le volume de façon à ne plus l’entendre. C’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit de mauvaises pensées qui vous rendent mélancoliques, à vif, pouvant entrainer des crises d’angoisses ou une dépression. Tout ce que nous voyions à l’extérieur de nous et qui nous dérange, sont en fait des vieilles mémoires que NOUS avons et que nous rejouons encore et encore. Le moyen le plus simple pour que ces dernières n’agissent plus, c’est de les dissoudre! Il faut nettoyer, encore et toujours sa mémoire de façon quotidienne.

 6 Heures Musique Reiki Zen de Méditation

désolé, pardon, merci, je t’aime

Morrnah explique ainsi le fonctionnement de Ho’oponopono :

« Nous sommes la somme totale de nos expériences, ce qui revient à dire que nous sommes chargés de nos passés. Lorsque nous expérimentons du stress ou de la peur dans nos vies, si nous nous appliquions à voir avec attention, nous pourrions nous rendre compte que la cause est en fait une mémoire. Ce sont les émotions qui sont liées à ces mémoires qui nous affectent maintenant. Le subconscient associe une action ou une personne dans le présent avec quelque chose qui s’est produit dans le passé. Lorsque cela se produit, les émotions sont activées et le stress survient »

Si un événement ou une relation difficile nous cause une douleur ou une souffrance, nous pouvons nous adresser à notre enfant intérieur avec beaucoup de douceur et lui demander : «s’il te plaît, lâche cette mémoire maintenant, laisse-là partir…»

Une pratique qui je suis sure, pourra apaiser bon nombre de crises d’angoisse que peuvent notamment avoir les jeunes mamans! :)

Propos recueillis dans l’ouvrage Mieux comprendre Ho’oponopono par Jean Graciet.

+ Joseph Murphy, La puissance de votre subconscient livre audi

NEVER MISS A POST!